Translate

mercredi 4 novembre 2015

Voce : la mienne et celle de mon arrière grande tante italienne la cantatrice Angelica Pandolfini

En sautant trois générations, en écoute un audio-poème de ma composition et juste au-dessous, mon arrière-grande tante, Angelica Pandolfini immense cantatrice du début du siècle dont le buste est à la Scala de Milan, c'est la soeur du père de ma grand-mère maternelle italienne Maria Teresa Pandolfini.

J'ai découvert récemment ces enregistrements grâce à Youtube, de mon arrière grande tante datant de 1903, j'ai trouvé son vibrato et sa tessiture très proches des miens, très troublant, de constater qu'en sautant deux générations une tessiture pouvait se transmettre.. Le frère et le père d'Angelica, mon arrière grand-père et arrière arrière grand-père étaient eux aussi de grands chanteurs lyriques renommés. Je compose un aria d'opéra "Museum" dans mon futur CD "Post-Gradiva" (in Colloque des télépathes, Editions de l'Attente 2017) qui sera largement inspiré de cette aîeule et de l'atmosphère envouûante des gramophones de l'époque.












dimanche 30 août 2015

Un bel article de Ritta Baddoura sur "Sunny girls" (Poésie/Flammarion 2015) dans l'Orient Littéraire






"Poetic remake"  dans l'Orient Littéraire (supplément mensuel de l'Orient Le Jour) sur "Sunny girls" (Poésie/Flammarion 2015) cliquer sur ce lien ou le visuel ci-dessus.


Ici, le PDF de l'Orient Littéraire du mois d'Août
http://www.lorientlitteraire.com/pdf/OL-AOUT15-WEB.pdf


"Le Charme de Sunny girls réside dans la persistance d'une ingénuité teintée d'insolence insouciante propre aux très jeunes filles, et sur laquelle les menaces de débauche ou de meurtre planent".
                                                                                                                 Rita Baddoura

jeudi 18 juin 2015

Emission "Les bonnes feuilles" sur France Culture, lecture du début de "Sunny girls"

Le 23 juin 2015 à 14h56, émission "Les bonnes feuilles" sur France culture, j'y lis le début de mon livre "Sunny girls"(Poésie/Flammarion 2015).




mercredi 15 avril 2015

Entretien dans l'émission "Ca rime à quoi" sur France Culture pour la parution de "Sunny girls"

Vous pouvez m'écouter dans l'émission "Ca rime à quoi" du 19 avril 2015, interrogée par Sophie Naulleau sur mon nouveau livre "Sunny girls" ici (en podcast également) :





L'un des deux audio-poèmes entendu dans l'émission peut être écouté ici dans son intégralité (textes extraits de "Sunny girls", Poésie/Flammarion 2015) :

samedi 21 mars 2015

Lecture/signature pour la parution de "Sunny girls" à la librairie Ptyx, Bruxelles, le 26 mars à 18h30

Lecture/rencontre à la librairie Ptyx le 25 mars, 18h30, Bruxelles pour présenter mon nouveau livre "Sunny girls" (Poésie/Flammarion 2015).

Infos ici

Librairie Ptyx, Ixelles

mercredi 25 février 2015

Un article d'Emmanuèle Jawad sur "Sunny girls" in libr-critique

Un long article d'Emmanuèle Jawad sur "Sunny girls" in Libr-critique.com




http://www.t-pas-net.com/libr-critique/chronique-sandra-moussempes-sunny-girls-emmanuele-jawad/

Une recension de Jean-Marc Baillieu à propos de Sunny girls sur Sitaudis

Article de Jean-Marc Baillieu sur "Sunny girls" (Poésie/Flammarion 2015)



vendredi 6 février 2015

Recension d'Anne Malaprade sur Sunny girls, Sitaudis.com

Une recension d'Anne Malaprade sur Sunny girls



http://www.sitaudis.fr/Parutions/sunny-girls-de-sandra-moussempes.php

jeudi 29 janvier 2015

Nouveau livre "Sunny girls" Editions Flammarion, collection Poésie, février 2015

Tout juste sorti de l'imprimerie, mon prochain livre "Sunny girls" paraîtra le 11 février 2015

                                   
"Sunny girls", Editions Flammarion, collection Poésie
Illustration de Joffrey Ferry
210 pages
ISBN : 978-2-0813-4191-3

Résumé de l'éditeur (quatrième de couverture) :

L'univers de Sandra Moussempès se situe à la croisée du réel et de l'imaginaire, du monde et de sa représentation, dont ses textes capturent les images et soulignent la part d'illusion. Malgré son titre, ce nouvel ouvrage émerge poutant d'une nuit plus secrète. Il y a beaucoup de références au cinéma et à la vidéo dans "Sunny Girls", mais les scènes qui se déroulent sous nos yeux sont étrangement distanciées : comme si la femme derrière la caméra (ou qui écrit face à l'écran) gardait constamment à l'esprit le caractère irréparaable de son geste : "Eléments du récit épique", les séquences se succèdent ainsi avec la netteté du rêve -ou du film qui en est peut-être l'émanation. Tout le trouble, tout le charme de la poésie de Sandra Moussempès naissent d'un tel écart, accompagnés de cet humour un peu acide qui n'appartient qu'à elle : "les poétesse qui misent sur le banal ne roulent pas en mobylette malgré les apparences". (Yves Di Manno)




h